Les pygmées de l’explorateur Giovanni Miani, le lion blanc du Nil, de l’Afrique à Rovigo

La vie fascinante de Giovanni Miani, l’explorateur né en Polésine, appelé plus tard le Lion Blanc du Nil, qui, après l’un de ses nombreux voyages sur le continent noir, décida d’amener en Italie deux jeunes Akkas, représentants d’une tribu qui en Congo

Lorsqu’ils sont arrivés en Vénétie il y a 150 ans, ils étaient deux adolescents de la tribu Akkà, une ethnie nomade du Congo. Jusque-là, l’Italie et l’Europe n’avaient entendu parler des pygmées que dans les récits de la franco-américaine Paule De Chaillu, exploratrice fils de mulâtre. Et de l’Allemand George Schweinfurth, qui a tenté d’amener un pygmée, pris pour un chien, en Europe, mais l’individu mourra dans la rue. Personne ne les avait jamais vus auparavant. Et donc, même lorsque les anciens Grecs disaient oui, ils ne semblaient pas exister. L’idée était si forte qu’en 1815 Giacomo Leopardi, alors âgé de dix-sept ans, se moquait de ceux qui pensaient que ces populations naines existaient réellement : « D’Homère à la renaissance des sciences qu’il a écrites – cette histoire a toujours été crue par lui pour ajouter que 20 siècles pour une erreur est une honte pour les hommes, mais mortelle pour les sciences Il avait très tort.
Lorsque la Société géographique d’Italie reçoit un télégramme d’Alexandrie, signé par le naturaliste George Schweinfurth, qui écrit : « 7 novembre. Khartoum Miani qui est mort à Monbutto, deux manuscrits pygmées saisis pour vous avec la barka. Schweinfurth », la première réaction est du secrétaire, Orazio Antinori, qui prend le message et l’écrit : deux pygmées ? Ajoutant que puisque Schweinfurth a déjà donné des nouvelles de la tribu Akka, il pourrait aussi s’agir de deux squelettes ; il serait tout aussi intéressant, cependant, de récupérer les manuscrits et les ossements d’une nation de nains.


LA DÉCOUVERTE

Le mystère est bientôt révélé par deux artisans italiens travaillant à Khartoum écrivant à la Société géographique que les restes du pauvre et intrépide voyageur Giovanni Miani mort en novembre 1872 à l’équateur qu’il explorait à la recherche des sources arrivaient du Nil. Les deux expliquent qu’avec des papiers, des objets, des lances, des boucliers et des armes, deux baam (gorilles) ont été embaumés et sont en bon état. Et deux hommes de la tribu des Tichi-Tichi à qui (Miani) il a donné le nom de Thibeaut – ancien consul de France – et de Cher-allà (fortune de Dieu).
Les âges et mensurations présumés (88 cm et 78) d’un médecin italien suivent. Faux, comme nous le verrons.
Ainsi commence une petite mais spéciale histoire italienne, mieux vénitienne, de l’Akka di Miani. A cette époque, le rêve colonial de l’Europe prend également forme à travers des explorateurs qui se retrouvent dans des forêts de savane ou des rivières tumultueuses.


LE RAPPORT

Revenons à Miani et ses deux jeunes Akka. La Société de Géographie, s’interrogeant sur l’opportunité d’accepter l’héritage, envoie un médecin à Paolo Panceri pour accueillir les deux pygmées et les emmener en Italie. Viviano Domenici, dans son livre Men in Cage, recrée le travail du luminaire qui écrit : « Je les ai trouvés silencieux et indifférents à ce qui les entourait (…). C’est en vain que j’ai essayé de faire briller un sourire sur leurs visages, qui étaient posés dans la tristesse, mêlée à une certaine bêtise ». Ils arrivent à Naples, puis à Rome, Florence. A chaque étape, Domenici rappelle que « les organes génitaux ont été disséqués, mesurés et palpés de toutes les manières possibles, y compris par une lignée de scientifiques italiens et non italiens, qui sont arrivés à des conclusions différentes mais ont convenu que l’anneau ethnographique entre l’homme et les singes anthropomorphes.


LA BIOGRAPHIE

On ne se souviendra pas seulement de lui pour les deux pygmées d’Akka, Giovanni Miani, né à Rovigo le 17 mars 1810 d’un père inconnu et de Maddalena Miani. Révolutionnaire en 1848 à Rome et en 1849 à Venise combattant à Forte Marghera, avant de devenir explorateur, il a consommé son héritage a été accueilli à Venise par le noble PA Bragadin, peut-être le vrai père qui a laissé des sommes énormes – avec des femmes et avec l’idée de ​​​​imprimer une histoire universelle de la musique. Un homme qui écrira des lettres de feu contre le conseil municipal de Venise qui après une courte exposition cache tous ses cadeaux dans les boîtes. En 1857, à Paris, Miani présente un projet de découverte des sources du Nil et devient membre de la Société française de géographie.
Les pygmées Miani en voyage scientifique à travers l’Italie ont été accueillis par des scientifiques de toute l’Europe. Le grand intérêt a duré quelques années, de sorte que l’autre pygmée, la petite fille nommée Saida, arrivée en Italie en 1877 avec Romolo Gessi, a vécu à Trieste, presque oubliée par la science. Le comte Francesco Maniscalchi Erizzo (1811-1875), vice-président et financier de la Société géographique italienne (26 langues connues), orientaliste et philologue, les gardera chez lui dans sa villa de Garda (et dans celle de Vidor près de Trévise). Ils étudient avec d’autres gars, ils se révèlent intelligents, même s’ils ont un certain caractère. Puis ils deviennent domestiques dans la maison Erizzo. A sa mort, c’est à Giuseppe De Leva, membre effectif de l’Institut vénitien des sciences, des lettres et des arts de Venise, de rendre hommage à son confrère de 1876, en rappelant comment il accueillit les deux pygmées en commençant à formuler un vocabulaire de l’Acre. langue, complétée plus tard par le professeur abbé Giovanni Beltrame.


LA FIN

Mais qui sont les pygmées ? Cesare Correnti, président de la Société géographique italienne, les décrit comme Schweinfurth : «… les derniers vestiges d’un grand naufrage ethnique, les restes extrêmes… de cette race éthiopienne, dont les traditions poétiques des Grecs sont pleines. Mais une autre hypothèse peut aussi être avancée : à savoir… que ces passages de petits peuples… sont le lien ethnographique entre l’homme et les singes anthropomorphes. Même s’il conclut dans ses essais – il m’a semblé très bien lire dans leurs yeux, et dans leurs sourires, et dans leurs mouvements, la grâce de la jeunesse et la magnificence de l’intelligence humaine… ».


HONNEUR

Hommes. Des enfants d’intelligence prononcée qui sont parfois meilleurs que leurs pairs à l’école et qui parlent bien l’italien et qui, après leur baptême en 1874, s’appellent désormais Tibò et Chierallà. A Vérone, ils étudient et apprennent l’italien, oubliant l’arabe et leur langue maternelle. De temps en temps, ils s’arrêtent à la villa de Vidor et subissent un examen scientifique similaire à ce qui se passe à Saida.
Après quelques années, même les pygmées (les philologues découvriront que les deux appartiennent à des tribus différentes) ne sont plus un phénomène. Les chroniques de l’époque disent qu’ils ont été amenés à Rovigo par leur maître privé pour le buste en marbre de Miani et l’ont reconnu et l’ont embrassé. Mais personne ne peut croire cette histoire maintenant. Le premier pygmée vénitien, Tukuba Tibò-Francesco, a mis fin à son existence en janvier 1883, il mesure moins d’un mètre et 42. Chez Chirallà, qui avait 17 ans, 1,33 de haut, le radar scientifique se déclenche. Et la petite histoire des premiers pygmées vénitiens se termine.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.