l’objectif est d’imiter les résultats de 2018

Le Portugal veut des résultats au niveau de Tarragone à Oran. La 19e édition de l’événement débute demain, avec le Portugal sur deux douzaines de médailles. Cependant, l’objectif annoncé ne devrait pas être atteint avant la deuxième semaine.

Malgré la réduction des athlètes par rapport à l’édition précédente (de 221 à 159) et le manque de modalités qui ont donné des médailles à Tarragone – le triathlon, l’aviron et le canoë ont été exclus du programme, le coureur n’a pas pu voyager en raison de problèmes liés à la transport de chevaux et taekwondo non participants – le Portugal vise des résultats identiques à ceux de 2018 à ces 19èmes Jeux Méditerranéens, dont la cérémonie d’ouverture aura lieu demain (20h30) au Stade Olympique d’Oran, d’une capacité de plus de 40 mille personnes.

Mais déjà aujourd’hui, dans la piscine olympique Jardim Público, l’équipe masculine de water-polo (moins de 18 ans) ouvre les sélections nationales, face à la Slovénie, au premier tour du groupe B.

Par conséquent, la barre portugaise pour cette deuxième entrée dans l’événement, qui était une vieille intention du Comité Olympique du Portugal (COP) et a été publié en 2016, est d’environ 24 médailles remportées il y a quatre ans.

Face à un calendrier international chargé, la mission est majoritairement composée de jeunes espoirs, mais on compte 20 athlètes ayant une expérience olympique et 23 inscrits au projet Paris » 2024, la grande majorité de l’athlétisme et de la natation, faisant leur entrée le 1er juillet.

Ce n’est donc qu’après la deuxième semaine des Jeux que l’objectif fixé par la COP devrait devenir réalité. C’est à cette époque que se déroulent également les courses cyclistes (contre-la-montre le 30, course sur route le 2 juillet), une modalité dans laquelle le Portugal présente une intéressante sélection de noms, dont Rafael Reis (vainqueur du Grand Prix O JOGO), mais le succès dépend du parcours et de la force des adversaires.

Jusqu’à la deuxième semaine susmentionnée, l’accent est mis sur la gymnaste expérimentée Filipa Martins (finale du concours multiple possible le 28 et par engin le lendemain) et l’équipe masculine de tennis de table (finale possible le 27), donc avec référence dans le monde de l’ITTF classement, le Portugal est le deuxième meilleur des pays méditerranéens présents, derrière la seule Croatie.

Polo et le jeu principal

Les débuts du Portugal dans ces Jeux méditerranéens mèneront l’équipe de water-polo des moins de 18 ans, un sport qui a terminé septième à Tarragone il y a quatre ans. Un duel est prévu aujourd’hui avec la Slovénie lors du premier des quatre tours de la phase de groupes, suivi de la France, du Monténégro et de la Serbie, que l’entraîneur Gonçalo Abrunhosa considère comme « les meilleurs adversaires du monde ».

« Cette équipe nationale a un énorme potentiel. Elle a été identifiée et nous travaillons sur les opportunités. Le match contre la Slovénie est probablement la chose la plus importante que nous aurons. Nous voulons équilibrer autant que possible et gagner à la fin, sans connaissant leur niveau dans les équipes des moins de 18 ans, on ne peut pas avoir le même suivi que dans les équipes seniors. Profitons-en. Le premier match n’a pas une énorme marge d’erreur. A partir de là, c’est juste évoluer et essayer de jouer avec ceux qui seront certainement et sont déjà les joueurs de water-polo les plus importants au monde », a anticipé l’entraîneur d’un groupe de 13 athlètes dans lequel le Sporting est majoritaire (cinq).

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.