Ordem dos Médicos rencontrera des partenaires pour trouver une solution à l’urgence de l’hôpital de Leiria

Le médecin a rencontré aujourd’hui le conseil d’administration du Centro Hospitalar de Leiria (CHL), qui fait partie de l’hôpital de Santo André, qui a eu des difficultés à répondre à l’afflux d’utilisateurs.

« La rencontre s’est bien déroulée, mais j’ai toujours des inquiétudes. Elle s’est déroulée dans une atmosphère de dialogue et de coopération, car ces deux entités veulent aider à résoudre le problème de l’hôpital. Dans les prochains jours, nous tiendrons des réunions avec plusieurs partenaires pour cartographier les problèmes et les présenter publiquement la semaine prochaine », a annoncé Carlos Cortes.

Outre l’implication des syndicats, qui feront appel au SRCOM, le médecin a admis que l’un des partenaires à contacter pourrait également être la Municipalité de Leiria.

Selon le président du SRCOM, le CHL a reconnu « qu’il y a un grave problème à l’hôpital, une étape importante qui nous permettra de trouver une solution aux urgences à Leiria ».

Carlos Cortes a pointé du doigt le « manque de ressources humaines » et « l’énorme zone d’influence » « beaucoup plus grande » du CHL aujourd’hui qu’à l’époque de sa construction.

« Il y a une volonté de sortir de cette situation et l’Ordre des médecins va aider, comme il l’a fait, en pointant clairement la responsabilité au ministère de la Santé qui ne fait rien », critique le médecin.

Le président de la SRCOM a ajouté que lorsqu’il a interrogé le conseil d’administration sur « s’il y a eu une intervention directe ou indirecte » de la tutelle, la réponse a été que « rien n’a été présenté jusqu’à présent ».

Pour Carlos Cortes, l’une des solutions de contournement pourrait être de réduire la zone d’influence, mais il a reconnu que cela pourrait être « compliqué » car d’autres institutions seraient impliquées, notamment l’Institut national des urgences médicales.

Le manque de ressources devra être comblé, a souligné Carlos Cortes, ajoutant qu’il ne s’agit pas seulement « d’ouvrir des postes vacants », mais qu’il doit également y avoir une stratégie pour « retenir les agents de santé à Leiria ».

« Nous savons que c’est une affaire complexe, mais le seul organe qui peut résoudre cette situation est le ministère de la Santé. Le conseil d’administration a déjà fait tout ce qu’il pouvait. Le ministère de la Santé a fait preuve de négligence à l’égard des services d’urgence de Leiria et doit résoudre le très grave problème qui met en péril l’aide aux malades », a-t-il ajouté.

Dans une réponse écrite à Lusa, le CHL a indiqué que la réunion du conseil d’administration et de la direction du service général d’urgence avec le SRCOM a été « franche, ouverte et fructueuse et qu’il était possible d’identifier les principales contraintes qui pesaient sur la situation générale ». service d’urgence, à savoir les questions liées aux ressources humaines, au flux des patients et à la zone d’influence de l’hôpital ».

« Certaines mesures possibles sont à l’étude » et le SRCOM « s’est montré entièrement disponible pour mener une sensibilisation de la tutelle au niveau de la discrimination positive dans la diffusion de plus d’offres d’emploi de médecins pour le CHL ».

Le Syndicat indépendant des médecins (SIM) a de nouveau signalé à Lusa mercredi que la salle d’urgence était fermée.

Depuis la pandémie, les urgences de l’hôpital de Leiria ont enregistré de grands moments de prospérité, qui ont déterminé la réactivité.

Le manque d’agents de santé pour remplir les listes de service est un autre problème signalé par les syndicats et l’Ordem, que le CHL a confirmé et indiqué qu’il tente de résoudre avec l’aide de médecins extérieurs.

Dans le cadre du Service national de santé, le CHL a la zone d’influence correspondant aux municipalités de Batalha, Leiria, Marinha Grande, Porto de Mós, Nazaré, Pombal, Pedrógão Grande, Figueiró dos Vinhos, Castanheira de Pera, Ansião , Alvaiázere, Ourém et une partie des municipalités d’Alcobaça et Soure, avec une population d’environ 400 000 habitants.


Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.