Thomas « manque » les jours Sky, Vlasov pense qu’il pourrait être « l’étranger »

Vainqueur de la « Grande Boucle » en 2018 et « vice-champion » l’année suivante, derrière son collègue Egan Bernal, le pilote vétéran d’INEOS a revu à la baisse les attentes concernant ses objectifs, mais aussi ceux de l’équipe, dans un voyage nostalgique à travers le passé de la formation

Geraint Thomas a précisé aujourd’hui qu’Adam Yates et Daniel Martínez seront les leaders d’INEOS dans le 109e Tour de France à vélo, le champion 2018 garantissant qu’il aidera ses coéquipiers et saisira les opportunités.

« Je me sens bien. Nous sommes venus sur ce Tour avec une équipe très forte. Nous allons courir de manière agressive, comme nous le faisons depuis le début de la saison. Adam Yates et Daniel Martínez sont nos leaders depuis le début de la saison et ils vont reste comme ça. » † Je veux les aider et profiter des opportunités qui se présentent », a résumé le Gallois de 36 ans.

Vainqueur de la « Grande Boucle » en 2018 et « runner-up » l’année suivante, derrière son collègue Egan Bernal, le pilote vétéran d’INEOS a revu à la baisse les attentes concernant ses objectifs, mais aussi ceux de l’équipe, dans un voyage nostalgique dans le passé de la formation la plus titrée de la dernière décennie sur le Tour de France – ils ont remporté sept des 10 dernières éditions, toujours sous le nom de Sky.

« Ce n’est pas comme quand on a eu le… [Chris] Froome, le [Bradley] Wiggins ou Bernal. je pense [Tadej] pogacar et [Primoz] Roglic est le meilleur de ces dernières années et sera difficile à battre. »

L’ère de gloire d’INEOS s’achève avec le début du règne de Pogacar (UAE Emirates), le double champion, mais aussi avec l’émergence de Jumbo-Visma de Roglic et Jonas Vingaard, l’équipe qui a succédé aux Britanniques en la zone de tête du peloton.

Cependant, l’expérience de l’équipe britannique risque de « peser », Thomas prédisant des surprises dès la première semaine en raison du vent danois, du pays où se déroulent les trois premières étapes et du « pavé » qui transformera la cinquième manche en mini -Paris

« Peut-être que cette semaine me sera plus favorable que les autres candidats à la générale. La chance jouera un rôle important, tout comme la météo », s’est-il défendu.

Un jour où les conférences de presse des principaux noms se multipliaient, Aleksandr Vlasov, qui a combattu sous drapeau neutre en raison de l’invasion russe de l’Ukraine, a lui aussi analysé ses chances de monter sur la plus haute marche du podium le 24 juillet à Paris.

« C’est clair que Pogacar est le plus fort ici. Ce sera difficile de le battre, mais la course est longue et si je cours intelligemment je pense avoir une petite chance », s’est défendu le leader de BORA-hansgrohe.

Considéré comme l’un des « outsiders » potentiels dans la bataille entre Pogacar et Jumbo-Visma, Vlasov, 26 ans, a noté que « certaines équipes ne s’attendent pas » à ce qu’il puisse gagner le Tour de France.

« Mais je crois que je peux me battre pour la victoire. Comme nous l’avons vu lors des dernières courses, je suis en forme. Je suis en compétition pour gagner. Bon résultat », a-t-il répété, se disant inspiré par son équipe- la victoire de son coéquipier Jai Hindley au Giro, « une force de motivation supplémentaire ».

La 109e édition du Tour de France démarre vendredi à Copenhague, au Danemark, et se termine le 24 juillet à Paris.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.