Dans quelle mesure la panne de courant dans les sports russes nuira-t-elle à Poutine ?

Le premier « coup » est venu de l’Euroligue. Jusqu’à récemment, les trois équipes russes participant au tournoi de cette année ont été éliminées du Championnat d’Europe de basket-ball. Sauf changement radical dans un délai raisonnable, tous les matchs entre le CSKA Moscou, l’Unix Kazan et le Zénith Saint-Pétersbourg seront annulés pour permettre l’apparition du nouveau classement de la saison régulière. Il en sera de même en Eurocup avec le Lokomotiv Kuban.

Le PDG de l’autorité organisatrice, Jordi Bertomeu, a souligné que l’Euroligue ne blâme pas les clubs russes, l’administration ou leur personnel pour la guerre en Ukraine, mais avec ce qui se passe, il ne pouvait pas adopter une position passive. « Nous sommes terrifiés par les événements horribles qui se déroulent en Ukraine après l’invasion de la Russie. L’EuroLeague Basketball et ses équipes sont profondément enracinées dans leurs communautés. Dans une situation comme aujourd’hui, il est de notre responsabilité de soutenir ces communautés et de leur donner une voix à leur « foi » », a-t-il expliqué.

Mais le « coup dur » le plus dur pour le sport russe a été la décision de la FIFA d’exclure l’équipe nationale du pays de la Coupe du monde. Le 25 du mois, il jouerait les barrages avec la Pologne puis, s’il se qualifiait, avec la République tchèque ou la Suède, réclamant l’un des derniers « tickets » de la zone européenne pour le Qatar. En fait, ce « quelque chose comme un final four » se déroulerait à Moscou. Au final, la Pologne ira « sans combat ». La même chose se produira avec l’équipe féminine russe au Championnat d’Europe.

La liste des sanctions sportives que l’Occident a imposées à la Russie après l’invasion de l’Ukraine est longue.

– Le Spartak Moscou a été éliminé de la Ligue Europa, donc Leipzig n’aura pas à transpirer pour se qualifier pour les quarts de finale du tournoi.

– La finale de la Ligue des champions (28 mai) ne se déroulera pas à Saint-Pétersbourg comme prévu, mais à Paris.

– Une à une, les fédérations de football des pays européens (Angleterre, Ecosse, Irlande, Pologne, République Tchèque, Suède, Suisse, etc.) annoncent que leurs équipes ne veulent pas jouer avec les Russes, ni dans un événement officiel, ni dans un match amical.

– Le Championnat du monde de volley-ball 2022, organisé par la Russie (à partir du 26 août), change de lieu.

– Les organisateurs du Championnat du monde de Formule 1 (FIA) ont annulé le Grand Prix de Russie au « Sochi Otontrom », sept mois avant qu’il n’ait lieu.

– Les quatre grands boxeurs internationaux (IBF, WBC, WBA et WBO) ont annoncé samedi qu’ils retireraient les championnats de Russie de leur calendrier.

– La Fédération mondiale de hockey sur glace a éliminé toutes les équipes nationales et les clubs russes et biélorusses de toutes les compétitions de tous âges.

– Nantes a refusé d’accueillir le club moscovite Tsekowski Medvedi à Moscou pour le match de Coupe d’Europe de handball qui se tiendra aujourd’hui (mardi).

Le hockey sur glace est l’un des sports préférés de Vladimir Poutine. Jusqu’à récemment, la Fédération mondiale a éliminé toutes les équipes nationales russes, ainsi que celles de la Biélorussie… | Dmitri Feoktistov / TASS via Getty Images

Même le Comité international olympique, habitué à mâcher les questions géopolitiques, a exhorté les fédérations internationales de tous les sports à annuler ou à changer de lieu tout événement sportif prévu en Russie ou en Biélorussie. En outre, il a annoncé qu’il annulait les médailles de l’Ordre olympique décernées au président russe et aux membres de son gouvernement. Des dizaines de fédérations de dizaines de pays ont déjà déclaré les athlètes russes indésirables.

Ils « décrochent » les sponsors

Les organisations sportives et les clubs « ont tourné le dos à leurs sponsors », qui viennent de Russie et perdent des millions de revenus dans les moments difficiles. L’UEFA a mis fin à son partenariat avec le géant gazier russe Gazprom pour la Ligue des champions, l’Euro 2024 et d’autres compétitions d’équipes nationales, rapportant près de 50 millions d’euros par an. En Allemagne, Schalke a « retiré » le logo Gazprom de ses maillots. En Angleterre, Manchester United a annulé le contrat qu’il avait signé avec la compagnie aérienne russe Aeroflot. L’écurie américaine de Formule 1 Haas a retiré les couleurs du sponsor principal Uralkali de ses voitures.

Le rôle de la Russie dans le sport mondial a été important au cours de la dernière décennie. Le pays a accueilli la Coupe du monde de 2018 et les Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi, a participé au calendrier de Formule 1 en 2014 et a accueilli un certain nombre d’événements internationaux majeurs dans plusieurs des sports les plus « commerciaux ». Pour rendre tout cela possible, c’est Vladimir Poutine lui-même qui a voulu – à travers le sport – faire ce qu’Amnesty International appelle le « sportswashing ». « Blanchiment », non seulement d’argent, mais aussi de tous les « péchés » de son régime. Malheureusement, le CIO et la FIFA ont atteint leur objectif en donnant à un dictateur impérialiste deux événements majeurs – deux chances de renforcer son statut.

Ils ne pouvaient pas imaginer ce qui allait suivre en Ukraine, mais ils savaient tout le reste. Les pratiques (pour le moins) controversées de son gouvernement. Les accidents qui arrivaient souvent à ses adversaires politiques. Le président Infantino n’a jamais pensé à retirer le PKK de Russie, même après la première attaque de Poutine contre ses voisins. Comme il ne l’a pas fait lorsque la planète bourdonnait de violations des droits de l’homme et de conditions de travail inhumaines au Qatar. « Le monde est tombé amoureux de la Russie et a forgé avec elle des amitiés durables », a déclaré Poutine lorsqu’il a été honoré au Kremlin. Maintenant, il impose de lourdes sanctions, mais « après un jour férié ».

Les conséquences

Dans quelle mesure le régime de Poutine va-t-il « souffrir » du « black-out » du sport russe ? « Il ne se soucie plus du sort des équipes russes et des athlètes russes », a déclaré Terence Burns, un ancien responsable du CIO. « Cela présentera la Russie comme une victime d’un complot mondial initié par les Américains. » Mais Michael Payne, l’ancien chef du marketing de l’OIT, n’est pas d’accord : « Les Russes ont une passion pour le sport. S’ils restent à l’écart des grands événements, leur ressentiment se retournera contre Poutine. le boycott correspondant contre l’Afrique du Sud pendant « l’apartheid » a incité le régime à changer de politique, plus que les sanctions économiques. »

Sir Hugh Robertson, président du Comité olympique britannique, est d’accord. « Le sport est d’une importance disproportionnée pour les régimes autoritaires », a-t-il déclaré à l’agence de presse française AFP.

suis le Protagon dans Google Actualités

Julienne Rose

"Défenseur indépendant d'Internet. Passionné de café extrême. Passionné de culture pop. Gourou de la cuisine générale."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.