Expédition de matériel sanitaire en Ukraine

La France a envoyé « divers médicaments » à l’Ukraine, dont de l’iode, en cas d’accident nucléaire lors d’un affrontement avec l’armée russe, a indiqué dimanche soir le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

« Oui, nous avons envoyé plusieurs médicaments », a déclaré M. Lendrian à France 2, interrogé par un journaliste de la télévision sur l’envoi de comprimés d’iode en Ukraine.

« On a envoyé beaucoup de médicaments, ça en faisait partie », a-t-il confirmé plus tard à France 5.

Auparavant, l’ambassadeur de France en Ukraine, Etienne de Ponsan, avait déclaré à BFMTV que Paris livrerait environ « 2,5 millions de doses d’iode » à Kiev dans les prochains jours pour prévenir un éventuel accident nucléaire.

Le président français Emanuel Macron a pris l’initiative, passant un nouvel appel téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine, de donner des garanties concernant la « protection » des installations nucléaires ukrainiennes.

Le président Macron « a pris cette initiative » en coordination « avec l’Agence internationale de l’énergie atomique » (AIEA, qui fait partie du système des Nations unies), soulevant « sept ou huit points sur lesquels les deux parties (à la guerre) devraient s’accorder », notamment pour la « souveraineté ». d’Ukraine ». sur les centrales nucléaires et la « sécurité » des installations nucléaires en Ukraine, qui affecte également « toute l’Europe », a expliqué Lentrian.

Ces positions « je crois que le président Poutine a accepté » et en tout cas « nous verrons » après que le conseil d’administration de l’AIEA s’est réuni aujourd’hui et que son chef, Rafael Grossman, a fait des propositions pour la sûreté des installations nucléaires ukrainiennes, a-t-il ajouté. diplomatie.

Selon un communiqué publié hier par la présidence française, Macron, lors de sa rencontre avec Poutine, a réitéré ses « graves inquiétudes » concernant la sécurité de l’installation nucléaire après le bombardement de la plus grande centrale nucléaire de Zaporijia, en Europe, le 4 mars.

Le président russe s’est dit « prêt à respecter les règles de l’AIEA pour la protection des centrales nucléaires (nucléaires) » et a accepté un « dialogue entre l’AIEA, l’Ukraine et la Russie » pour assurer « leur sécurité », toujours dans le respect des l’annonce de la présidence française.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.