France Marquez

Le phénomène politique du candidat à la vice-présidence d’extrême gauche est indéniable. Lors des élections du 13 mars, Francia Márquez est arrivée deuxième dans les délibérations sur le pacte historique, et son vote était supérieur à celui de nombreux politiciens chevronnés et de longue date. La France a été comptée au niveau national et a reçu plus de voix que le professeur Sergio Fajardo, complétant ainsi sa troisième et dernière course à la présidence.

Le résultat de ces votes lui garantissait son ticket comme formule de Petro, initialement réticent à honorer l’engagement qu’il avait pris avec le leader du Cauca. Ce qui arrive à Petro avec la France, c’est ce qui arrive à la Colombie avec Petro, c’est qu’il ne sait pas à quoi s’attendre avec sa formule pour la vice-présidence de la république. La France est une inconnue que nous avons appris à connaître peu à peu.

Ce qu’il reste à cette femme, c’est ce qu’on appelle communément la « perrenque », une qualité qui est loin d’être une garantie de connaissance et de compréhension du fonctionnement de l’État.

Cette semaine, la candidate a de nouveau montré qu’elle n’avait aucune idée que 100 % de la consommation d’œufs du pays provenait de la production nationale. Dans son discours populiste, il a tenté de souligner que le coût élevé des produits de base du panier familial, tels que les œufs, les pommes de terre et le manioc, était dû au fait qu’ils étaient importés d’Allemagne. L’embarras était énorme et a fait comprendre qu’il ne connaît pas les bases du commerce extérieur. Cela a été nié par Fenavi et au lieu d’accepter son ignorance sur le sujet, il a demandé que le ministre de l’Agriculture fasse l’objet d’une enquête pour l’avoir corrigé, affirmant qu’il s’agissait d’une intervention dans la politique du haut fonctionnaire.

Si Petro remporte la présidence et qu’il lui arrive quelque chose, la Colombie restera entre les mains de la France. Dans cette réalité, il est essentiel que quiconque assume une telle responsabilité ait connaissance du fonctionnement de l’État. Lorsqu’il a été annoncé il y a quelques semaines que la candidate était toujours inscrite au Sisbén III et qu’elle avait touché 25 cotisations du programme Revenu de solidarité pendant la pandémie, elle n’a pas été en mesure de reconnaître les avantages dont elle avait bénéficié.

On s’est même demandé si elle avait bénéficié de ce programme, car elle cachait qu’elle possédait un appartement qu’elle pouvait acheter grâce au prix Goldman qu’elle avait remporté, condition qui la dispensait de participer au Sisbén. Dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux il y a quelques jours, il déclarait : « Jusqu’à ce que je remporte un prix, l’État ne m’a jamais proposé de maison pour ma famille. » Selon ce qui précède, la France estime que l’État doit être le fournisseur de tous les services et biens dont les individus ont besoin. C’est pourquoi elle est candidate à la vice-présidence pour l’extrême gauche.

La France a également critiqué le système de retraite privé, avec tant de malchance qu’il s’est avéré être affilié à Porvenir, et pour se justifier une fois de plus, a affirmé dans une interview à Blu Radio que « lorsqu’on conclut un contrat de travail, celui qui finit par affilié est l’employeur. » Un autre mensonge comme celui sur les œufs et celui sur Sisbén, parce que l’employeur doit demander et l’employé doit choisir à quoi il veut participer. Et si cela lui est arrivé en tant qu’avocate, pourquoi Dans le même entretien, elle assurait qu’elle payait sa sécurité sociale depuis 2018, amenant les questions suivantes : pourquoi s’est-elle inscrite au Sisbén en 2020 et pourquoi n’a-t-elle pas alerté le système au milieu d’une pandémie pour que ces fonds parviennent à une famille qui n’avait même pas son propre appartement pour vivre ?

La France est un leader social, mais cela ne veut pas dire qu’elle est qualifiée pour gouverner. Il ne s’agit pas non plus d’avoir une maîtrise et un doctorat. Par exemple, Claudia López, avec plusieurs diplômes et une mairie désastreuse, est arrivée là-bas sans aucune idée de la gouvernance et a ainsi transformé la capitale du pays en fumier.

Gustavo Petro était également un maire moche, qui a atteint le deuxième poste le plus important de la démocratie colombienne sans aucune expérience dans l’administration publique. Il a échoué à soumissionner pour le métro souterrain, son projet le plus important. Il a mis fin au système de nettoyage existant et a finalement coûté à la ville une amende de plus de 75 000 millions de pesos. Il n’a pas été en mesure de renouveler la flotte TransMilenio, il n’a rien fait avec l’infrastructure routière, il n’a pas construit les 1 000 jardins d’enfants qu’il avait promis, ni les écoles, encore moins les universités. Il a mis en faillite le système de santé de la ville, et pourtant il a réussi à faire croire aux gens par le biais des réseaux sociaux que le bureau de son maire avait été le meilleur.

En termes de populisme, de mensonges et de tromperie, les dirigeants de la gauche prétendent être le changement car ils disent qu’ils n’ont jamais gouverné. Mais à Bogotá, au moins, ils le font depuis 2000 (avec une courte pause de 2016 à 2019 par Peñalosa). Alors, qu’est-ce que « le changement » ?

Être un leader de gauche, ex-guérilla, parler de « Pachamama », prendre soin de l’eau, des ancêtres, de la vie et de la paix n’est pas une garantie que vous savez gouverner car pour cela il faut savoir gérer ce que c’est désigne l’administration publique. Celui que la France, avec tant d’évidences, a montré qu’elle ignorait totalement.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.