Gardien expulsé en France après avoir « dansé » sur penalty

Une candidature a retenu l’attention des internautes lors du match entre Le Puy Foot et le FC Villefranche, dans un tour valable pour la troisième division du championnat de France. Yan Marillat, le gardien du Puy Foot, a été expulsé après avoir « dansé » pour un penalty contre son club.

Avant de recevoir un deuxième carton jaune, Marillat a été averti par l’arbitre, mais il a maintenu sa position et a fini par laisser son équipe un de moins dans le match. Le penalty a été converti et le match s’est terminé sur un match nul 1-1.

Ce que le gardien de but doit savoir, c’est que le Conseil international (IFAB) a interdit ces mouvements devant les coups de pied en juin de cette année. Selon la nouvelle règle, les gardiens de but doivent garder un pied en contact direct avec la ligne de but, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas autorisés à « danser » sur la ligne avant le coup de pied.

En juin de cette année, lors du match Australie-Pérou avant les Éliminatoires pour la Coupe du Qatar, Andrew Redmayne, le gardien de l’équipe nationale australienne, est devenu viral après avoir « dansé » successivement lors de la séance de tirs au but entre les équipes. En sautant d’un côté à l’autre, en bougeant les bras, Redmayne a sauvé l’attaque décisive de Valera et a même vu Advíncula s’arrêter à la barre transversale. Avec cela, l’Australie s’est taillé une place dans la Coupe du monde au Qatar.

Cependant, l’entité responsable des règles du football ne semble pas avoir apprécié l’attitude du gardien de but, car quelques jours plus tard, la règle interdisant de « danser » a changé. Le nouveau texte est clair sur la lutte contre de telles situations.

« Au moment du penalty, le gardien de but doit avoir au moins une partie d’un pied en contact direct avec la ligne de but, et non derrière la ligne lorsque l’attaquant frappe le ballon », lit-on dans la nouvelle politique du Conseil international.

L’entité a également expliqué qu’elle expliquait que la modification apportée pour ne pas profiter aux gardiens sur les coups de pied, qui sautaient, pouvait prendre de l’ampleur sur les coups. « Auparavant, le gardien de but devait toucher ou marcher sur au moins une partie d’un pied lorsqu’un penalty était exécuté », a-t-il expliqué. C’est-à-dire que lorsque le gardien saute, il glisse simplement sur la ligne et peut se placer derrière la ligne, ce qui lui donne de l’élan.

Le texte a été réécrit pour ne pas pénaliser cette position. Pour expliquer ce changement, notez que l’esprit de la règle incite le gardien à placer les deux pieds en contact direct avec la ligne de but ou directement au-dessus jusqu’à la pénalité maximale. le gardien de but ne doit pas être devant ou derrière la ligne. »

Julienne Rose

"Défenseur indépendant d'Internet. Passionné de café extrême. Passionné de culture pop. Gourou de la cuisine générale."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.