Gustave Pires | Enfin une bonne nouvelle pour les élections.

Gustavo Pires écrit sur le nombre record de jeunes électeurs : 2,1 millions

Données publiées par EST (Cour supérieure électorale) montrent que 156,5 millions de Brésiliens peuvent revenir en octobre. C’est un record historique, 8,5 millions de plus qu’en 2020. La bonne nouvelle est dans les détails : chez les jeunes de 16 et 17 ans, qui ne sont pas obligés de voter, partage doublé.

Quel que soit le choix politique partisan, voir 2,1 millions de filles et de garçons choisir d’exercer ce droit est un motif de réjouissance. Un million serait théoriquement motivé par des artistes et des influenceurs – ce qui n’est pas le plus important, mais cela révèle l’époque et la pertinence de ce type de communication.

Dans l’histoire récente nous avons eu 2 mouvements qui bousculent la politique nationale avec la participation directe des plus jeunes : le « visages peints »qui sont descendus dans la rue contre le président de l’époque Fernando Couleur, en 1992 ; et en 2013, lorsqu’ils ont renversé la tendance à augmenter les tarifs des transports en commun : « Pas pour les 20 centimes ».

Certains analystes disent que les échos de « juin 2013 » ont atteint la destitution du président Dilma Rousseffla défaite du PT à São Paulo (2016) et la victoire de Bolsonaro (2018).

Comme l’eau et le pétrole, la jeunesse et la politique étaient des éléments qui ne faisaient généralement pas bon ménage. Le discours hermétique, entrecoupé de scandales et la faible perméabilité aux souffles de renouveau, a rendu le « derniers détenteurs d’identité » méfiant de la politique. Ils l’ont invariablement associé au discours actuel de la rue : « Ce n’est pas pour les bonnes personnes, c’est seulement pour la déviance et la corruption ». Dans ce contexte, pourquoi supprimer le titre et le vote, acte qui pour beaucoup fixe la limite à l’activité politique ?

Car cette année, avec une croissance proportionnellement plus importante, les jeunes jouent un rôle fondamental. Au point d’influencer la ligne de communication des campagnes, historiquement limitée à un trafic à sens unique : les candidats et les marketeurs ont recueilli un discours et l’ont diffusé. Ce n’est plus le cas, du moins pour toucher une bonne partie de ces 2,1 millions de nouveaux électeurs – au-delà de la fourchette qui serait entre 18 et 30 ans, également plus critique et sensible à l’interaction et non à la réception passive d’informations. .

Dans le même ordre d’idées, l’implication des jeunes instille l’intrépidité dans les débats, les rendant plus sincères et objectifs. Ce mouvement doit être renforcé pour le bien de la politique.

J’appartiens à un parti aux noms historiques et aux services pertinents rendus dans la lutte pour la redémocratisation et la conquête sociale – le PSDB. Parti qui a perdu exactement le chef qui représentait la jeunesse et le renouveau de la politique –pas seulement pessedebista– Bruno Covas.

La même impulsion de Covas, qui a rejoint le parti à l’âge de 18 ans et a présidé la Jeunesse Tucana en 2007, s’est manifestée chez les jeunes adhérant au droit de vote – et prônant une discussion franche et ouverte sur la politique – est un fait à célébrer et encouragés.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.