Josep Borrell appelle à une action immédiate pour sauver l’accord avec l’Iran

Le chef des diplomates de l’Union européenne (UE) a exhorté aujourd’hui les parties impliquées dans les négociations à reprendre l’accord nucléaire avec l’Iran à prendre des décisions « maintenant », et a averti que l’espace pour de nouveaux engagements importants à prendre est « épuisé ».

« Pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien, j’ai mis sur la table le meilleur accord possible compte tenu des circonstances. Il est maintenant temps de décider », a souligné Josep Borrell, qui joue également un rôle de facilitateur dans ces rencontres, via une publication sur son blog.

L’homme politique espagnol a déclaré qu’après 15 mois de négociations « intenses et constructives » et de « nombreuses interactions » avec les participants à l’accord et avec les États-Unis d’Amérique (États-Unis), « la marge de manœuvre pour prendre des engagements supplémentaires importants s’est épuisée ». sur le rendez-vous.

« Il est nécessaire de prendre des décisions maintenant, de saisir l’occasion unique de réussir et de réaliser le grand potentiel d’un accord nucléaire pleinement mis en œuvre », a-t-il souligné.

L’Iran et six puissances mondiales – les États-Unis, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine – ont signé un accord en 2015 sur le programme nucléaire controversé de l’Iran, dans lequel ils ont convenu de limiter drastiquement l’enrichissement d’uranium en échange de la levée des sanctions économiques.

En 2018, le président américain de l’époque, Donald Trump, a unilatéralement retiré les États-Unis de l’accord et depuis lors, l’Iran a violé l’accord et augmenté son « stock » d’uranium enrichi.

Les pourparlers internationaux à Vienne sur la relance de l’accord et le retour des États-Unis au protocole, après le revirement politique avec l’élection de Joe Biden, sont au point mort depuis avril.

Pour le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, le rétablissement de l’accord sur le nucléaire iranien « renforcera la sécurité régionale et mondiale et démontrera que des accords internationaux sont possibles en période de turbulences ».

Josep Borrell a souligné que l’accord garantissait des limites « strictes » aux activités nucléaires de l’Iran et le régime de surveillance et d’inspection le plus complet jamais appliqué par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’agence nucléaire de l’ONU.

En outre, le directeur général de cet organisme, Rafael Grossi, a reconnu être préoccupé par les récentes accusations de l’Iran selon lesquelles il sera bientôt « techniquement » capable de fabriquer des armes nucléaires.

Un conseiller du chef spirituel iranien, Ali Khameni, a révélé que Téhéran pouvait « produire de l’uranium enrichi à 90 %, la pureté nécessaire pour fabriquer des bombes atomiques, sans aucun problème ».

L’Agence iranienne de l’énergie atomique (AEAI) a assuré lundi qu’elle n’allumerait pas les 27 caméras de surveillance de l’AIEA tant que l’accord nucléaire de 2015 ne serait pas rétabli.

L’accord est dans une impasse et l’Iran et les États-Unis soulignent qu’il reste des questions importantes à résoudre qui nécessitent une volonté et une décision politiques.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.