Krasnodębski : le PiS impose des conditions à Le Pen

  • – Le problème, c’est qu’il y a bien un double standard, appliqué politiquement (…). Et les violations de l’état de droit sont constatées le cas échéant et autorisées – affirme le professeur Krasnodębski
  • – La description de la situation polonaise est comme si elle était décrite par les juges de Iustitia, et celle concernant l’Allemagne, comme si elle était écrite par leur ministère de la Justice. Faisons peut-être le contraire – suggère le politicien
  • – Les Verts ont proposé un jour qu’il devrait y avoir un examen par les pairs, afin que les pays s’évaluent mutuellement. Comme dans les revues scientifiques. Ce serait une méthode légèrement meilleure que ce que fait actuellement la Commission – Prof. Krasnodębski
  • Plus d’informations sur la page d’accueil d’Onet

Piotr Maciej Kaczyński : Nous avons toujours un problème d’État de droit…

Zdzislaw Krasnodibski : L’État de droit auquel se réfère la Commission n’est défini nulle part. Si elle prenait vraiment au sérieux ses propres déclarations au sein de l’UE, la Commission devrait développer un modèle général de système judiciaire et expliquer exactement ce qu’elle considère être l’État de droit. Mais les pays ne l’accepteraient jamais. Cela reviendrait à violer leur constitution. Au lieu de cela, nous avons des généralités et l’utilisation arbitraire de critères vagues. Par exemple, avons-nous les mêmes normes d’indépendance judiciaire?

La discussion sur l’État de droit dans l’Union européenne ne fait que commencer. La Commission européenne a publié deux rapports sur l’État de droit dans l’Union européenne. Est-ce le début de la construction d’une compréhension commune des subtilités de l’État de droit, pour finalement développer un modèle commun ?

Je lis parfois ces moniteurs. Permettez-moi de le dire ainsi : la description de la situation polonaise est comme si elle était décrite par les juges de Iustitia, et celle sur l’Allemagne, comme si elle était écrite par leur ministère de la Justice. Faisons peut-être l’inverse : demandons à quatre ou cinq avocats allemands qui critiquent le système allemand de vérifier le système allemand (je sers des noms de famille) ; de l’autre, le secrétaire Ziobro et son équipe pour écrire sur notre système judiciaire ? Les Verts ont un jour suggéré qu’il devrait y avoir un examen par les pairs afin que les pays puissent s’évaluer mutuellement. Comme dans les revues scientifiques. Ce serait une méthode légèrement meilleure que ce que la Commission fait actuellement.

Le problème, c’est qu’il y a effectivement deux poids deux mesures qui s’appliquent politiquement. Au regard de la réalité parlementaire, n’y a-t-il pas un deux poids deux mesures de l’Union face à l’usage de la force par les gouvernements aux Pays-Bas, et plutôt à Paris, en Catalogne ? Ce sont des questions politiques qui ne sont pas faciles à considérer. Par conséquent, la ligne de résistance la plus facile est choisie ; et les violations de l’État de droit sont constatées, le cas échéant, et autorisées.

Après que la Grande-Bretagne ait quitté l’UE et que les conservateurs aient quitté le PE, votre groupe a perdu de son importance. L’été dernier, il y a eu une déclaration sur la coopération entre l’ECR et le groupe Tożsamość i Demokracja, une réunion il y a un mois à Varsovie. On parle depuis longtemps de la possible création d’un nouveau groupe politique au Parlement européen, composé de députés ECR, dont des députés PiS, Fidesz et TiD, notamment de Marine Le Pen. Y aura-t-il un nouveau groupe ?

La taille du groupe politique n’est pas le plus important. Il était une fois, l’EKR n’était pas beaucoup plus grand. L’équilibre complet des pouvoirs au parlement est important, tout comme celui qui gouverne dans chaque pays. Quant au groupe élargi, même s’il était créé, nous ne modifierons pas la composition du Parlement européen. Et créer un nouveau groupe n’est pas facile. En ce qui concerne le côté droit de la scène politique en Europe, il existe de nombreux obstacles à un accord.

La suite de l’interview sous la vidéo :

Quels sont les problèmes avec le « côté droit », c’est-à-dire avec les hommes politiques à droite des députés Droit et Justice ?

Nous avons eu de très bonnes conversations à Varsovie. Un processus a commencé qui est bénéfique. Si nous voulons une Union plus démocratique et plus rationnelle, nous devons construire un droit européen rationnel en unissant les partis conservateurs. Il faut combler le vide laissé par les chrétiens-démocrates qui sont allés très loin à gauche. Mais ce processus n’est pas facile. Nous avons trois lignes rouges. Premièrement, c’est une question de sécurité et d’attitude face aux menaces extérieures, principalement de la Russie. Le mépris de la menace russe, la sympathie pour la Russie et l’influence russe sont un phénomène omniprésent dans la politique d’Europe occidentale, y compris la droite. Notre deuxième ligne rouge est notre approche de l’intégration européenne en tant que telle. Nous ne pensons pas que la rivalité impitoyable et l’égoïsme des États soient le bon modèle. Nous sommes pour la coopération européenne, pour certaines institutions communes, pour des politiques communes convenues dans les traités. Et la troisième ligne rouge est une référence au passé et à la sensibilité polonaise liée à l’histoire. Nous sommes un parti ancré dans la mémoire et les traditions familiales de l’histoire de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. D’autre part, une partie de la droite européenne a des racines historiques dans les partis nationaux, conservateurs et nationalistes d’avant-guerre, des mouvements qui se sont compromis en collaborant avec l’Allemagne, pour citer Vichy par exemple.

Le Seigneur parle doucement. Certains partenaires à la table de Varsovie ont des racines de coopération nationaliste et fasciste. Le mouvement Abascal espagnol glorifie Franco. Les Frères italiens (absents de Varsovie, mais aussi membres de l’EKR) ont aussi des racines fascistes difficiles. Vous parlez gentiment, mais pour de nombreux partenaires, il est de toute façon difficile de remplir ces trois conditions.

Tous ces partis critiquent le passé et sont des partis démocratiques. La plupart des critiques dans nos médias de gauche libérale ont été causées par la présence de Marine Le Pen à Varsovie, et « Gazeta Wyborcza » s’est même souvenue des paroles du président Jarosław Kaczyński que nous ne voulons pas lui associer. C’était ainsi. Mais force est de constater qu’elle a beaucoup changé son parti. Il change tellement qu’il a perdu les élections territoriales car il est déjà trop modéré pour beaucoup de Français. Les gestes qu’elle a posés à Varsovie doivent également être évalués positivement. Elle a visité trois lieux symboliques. Elle s’est rendue à la Tombe du Soldat Inconnu, au Monument aux Héros du Ghetto et au Monument aux Déportés de l’Est et y a déposé des gerbes. Vous pouvez toujours dire que c’est de l’instrumentalisme politique, une campagne électorale, etc. Mais je pense que c’était un signal clair et positif des valeurs que vous voulez défendre, de leur rapport avec l’histoire de la Pologne.

Et lundi, après le meeting de Varsovie, une interview de Marine Le Pen paraît dans Rzeczpospolita, où il dit que l’Ukraine est une sphère d’influence russe…

Vous soulignez à juste titre que le changement sur ce point n’a pas encore eu lieu dans la mesure que nous attendions. Juste qu’elle a seulement dit à haute voix ce qu’une partie importante des politiciens traditionnels européens pensent, sans dire que cela fonctionne sur cette prémisse. Je pense que cette déclaration est due à un manque d’expérience en politique étrangère. Interrogée dans les coulisses sur l’attitude des Français et de son parti envers la Russie, elle a habilement répondu que son parti avait toujours été un parti anticommuniste et antisoviétique. De nombreux partis de gauche ne peuvent pas dire cela d’eux-mêmes. Comme vous le savez, au Parlement européen, il y a beaucoup d’anciens communistes, trotskystes, maoïstes, etc. Malheureusement, en France, il est de coutume d’idéaliser la Russie. Lors de la dernière législature, un des hommes politiques français a voulu nous rejoindre, l’ECR, ce qui n’a pas été accepté en raison de son attitude envers la Russie. Puis l’un de nos conseillers, un conservateur français, a déclaré lors d’une conversation privée : « Si vous voulez avoir le français dans votre faction, alors vous devez être plus compréhensif à cet égard, car il n’y a pas d’hommes politiques en France qui le feraient ». pas être. » positif envers la Russie. A gauche comme à droite. » Heureusement, cela commence à changer. Des réunions comme celle de Varsovie ont pour but de clarifier notre position et d’œuvrer à une transformation positive de la droite européenne.

Nous sommes heureux que vous soyez avec nous. Abonnez-vous à la newsletter Onet pour recevoir le contenu le plus précieux de notre part.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.