Le Brésil reste dans le rugby féminin d’élite après l’interdiction de la Russie

World Rugby, la fédération internationale du sport, a rapporté mercredi (20) que le Brésil reste la liste permanente du circuit mondial féminin de sept (sept athlètes de chaque côté) pour la saison 2022/23. Les Brésiliens ont bénéficié de la pénalité pour la Russie, qui a été suspendue de toutes les compétitions en raison de l’invasion militaire de l’Ukraine par le pays.

De Yaras (surnom de l’équipe féminine du Brésil) a terminé la saison dernière, après six étapes, en 11e et dernière position, soit deux points de moins que l’Espagne. La campagne reléguerait initialement les Brésiliens. Cependant, World Rugby a confirmé la suspension des Russes, qui avait déjà été appliquée au circuit 2021/22, les excluant des deux dernières étapes. Les Européens avaient terminé à la huitième place.

Les autres participants au circuit sont l’Australie (champions actuels), la Nouvelle-Zélande, les Fidji, la France, les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne (à la place de l’Angleterre, également en accord avec les fédérations d’Écosse et du Pays de Galles), l’Irlande et l’Espagne. à côté de la sélection championne de deuxième division mondiale. Ce sera la quatrième saison des Yaras dans le rugby féminin d’élite, et la troisième consécutive.

La présence dans le circuit permet aux Brésiliens de jouer régulièrement contre les équipes les plus importantes du monde. La première de la saison aura lieu les 2 et 3 décembre de cette année à Dubaï (Émirats arabes unis). Les prochaines étapes sont prévues à Cape Town (Afrique du Sud), Hamilton (Nouvelle-Zélande), Sydney (Australie), Vancouver (Canada), Hong Kong et Toulouse (France).

Avant cela, entre le 9 et le 11 septembre, les Yaras disputeront le championnat du monde au Cap. Les Brésiliennes ont participé aux trois éditions précédentes du tournoi, la meilleure campagne ayant terminé à la dixième place en 2009 à Dubaï. En 2013 (Moscou, Russie) et 2018 (San Francisco, USA), l’équipe a atteint la 13e position.

Julienne Rose

"Défenseur indépendant d'Internet. Passionné de café extrême. Passionné de culture pop. Gourou de la cuisine générale."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.