Le front principal de la nouvelle guerre froide est en Allemagne

Par Costas Raptis

Pourquoi l’amiral Kai-Achim Senbach a-t-il été renvoyé ? Selon Eurointelligence, parce qu’il a dit tout haut ce que pensait le SPD.

L’ancien chef de la marine allemande a fait scandale lorsque, lors de sa visite en Inde, il a déclaré que Poutine demandait simplement le respect et qu’il le méritait. Le fait que l’amiral (avec son ouverture à la « sparsimonie » militaro-politique) s’est inspiré de son propre motif néo-guerre froide, suggérant, même à un public indien, que les yeux sont tournés vers la montée de la Chine et, en ce sens, la la diabolisation de la Russie est complètement contre-productive, et le fait qu’elle s’écarte de la russophobie auto-entretenue de l’époque a suffi à faire sensation.

Schμnbach a été licencié à son retour. Mais ses opinions ne sont pas personnelles. On sait que surtout parmi les sociaux-démocrates, qui dirigent la nouvelle coalition gouvernementale fédérale, il y a plus de Putinversteher, c’est-à-dire ceux qui comprennent Poutine, selon le néologisme journalistique. Par coïncidence, le dernier en date du chancelier social-démocrate, Olaf Soltz, est Gerhard Schroeder, qui est maintenant à la tête du consortium du pipeline NordStream.

Ce ne sont pas seulement des choix individuels basés sur les « portes tournantes » par lesquelles le personnel politique occidental a tendance à tirer profit de son cours public, pas seulement parce qu’il y a une dimension aux problèmes psychanalytiques. Vladimir Poutine excellait à s’entendre avec ses interlocuteurs allemands : Schroeder, qui a perdu son père sur le front russe pendant la Seconde Guerre mondiale, a été aidé à devenir père en adoptant deux filles russes, Angela Merkel, qui était possédée par la phobie des chiens, il l’a accueillie lors de leur réunion la plus célèbre, en présence de sa « Connie » préférée, race labradorienne).

Au fil du temps, les dirigeants allemands étaient dans un état de crainte pour la Russie – même avant l’expérience catalytique de la Seconde Guerre mondiale. Le père de l’Allemagne moderne, Otto von Bismarck, a consacré une grande partie de son activité diplomatique à l’annexion (et à l’abandon simultané) de la Russie par des manœuvres successives, aboutissant au traité secret de réassurance russo-allemand de 1887, qui visait à l’encerclement de la Seconde Reich par une coalition franco-russe. L’effondrement de cette politique à l’époque des successeurs de Bispark a conduit à la Première Guerre mondiale, avec des résultats bien connus.

Pour en revenir à aujourd’hui, le fait que la nouvelle guerre froide soit en cours a l’Allemagne comme principal « front », car derrière ce qui se déroule (actuellement sur un plan principalement communicatif), l’enjeu principal est de maintenir la dynamique du « monde eurasien » arrêter. l’intégration » que j’ai, bien sûr, placé dans son champ magnétique et Berlin et pour confirmer la relation transatlantique, telle qu’elle s’est formée après la guerre. C’est-à-dire pour confirmer l’existence de l’OTAN, qui, selon son premier secrétaire général , Lord Ismei, est « d’amener les Américains [στην Ευρώπη]les Russes dehors et les Allemands à terre. »

En d’autres termes, la « bataille » est effectivement menée de l’autre côté de la ligne d’opposition en Ukraine alors que l’Europe (de Centre-Ouest) est appelée à payer les coûts, notamment énergétiques et économiques, de la réaffirmation de l’hégémonie américaine par la construction d’un nouveau « Mur », par exemple par l’annulation du gazoduc NordStream2, l’expulsion de la Russie du système Swift, etc.

C’est pourquoi Olaf Solz, pour qui de nombreux médias allemands se demandent ces derniers jours « où il se cache », comme il l’a fait dans une interview à la Suddeutsche Zeitung dimanche, a souligné que la diplomatie doit avoir le premier mot dans la crise ukrainienne et que si les choses conduisent à des sanctions contre la Russie « personne ne doit avoir l’illusion qu’il y a des mesures sans effet sur nous-mêmes ».

Le fait que ses alliés de la coalition au pouvoir des libéraux et des verts soient très atlantiques rendra certainement les choses très difficiles. Après une élection où le débat sur les questions de politique étrangère était absent, la fin de l’ère de Merkel, dont le dogme était « à la fois le tout et le chien plein » sur la scène internationale, devrait être marquée non seulement par des conflits intra-atlantiques mais aussi par les chocs allemands.

A lire aussi :

* Chef de la marine allemande : Poutine mérite probablement le respect qu’il veut

Godard Fabien

"Praticien de Twitter. Nerd de l'alcool. Passionné de musique. Expert en voyages. Troublemaker. Créateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.