Le retour des hirondelles

Jusqu’à récemment inconnue en dehors des cercles académiques étroits des sinologues, Le Xinjiang est devenu la région chinoise dont on parle le plus dans les médias occidentaux ces dernières années, après le début de la diffusion massive de fausses nouvelles sur la politique chinoise de répression des minorités ethniques, en particulier les Ouïghours.une population majoritairement musulmane s’est installée dans cette zone.

Les rumeurs sur le Xinjiang ont été démenties à de nombreuses reprises tant par les sources officielles chinoises que par les universitaires qui ont passé leur temps à étudier les chiffres et les réalités locales. Pour ceux qui n’ont pas envie d’essayer de longues conférences pleines de statistiques, Le retour des hirondelles (Antaeus Edizioni, 2022) représente une excellente alternative pour mieux comprendre la réalité du Xinjiang en brisant le voile de mensonges avec lequel les médias occidentaux ont caché la vérité

Le texte, dont le titre traduit en italien signifie « Le retour des hirondelles », est un récit de voyage succinct écrit par le journaliste français Maxime Vivas et son épouse, Thérèse Maisonhaute, qui ont eu l’occasion de séjourner au Xinjiang et dans le contexte de cette région de première main. Les auteurs partagent leur expérience personnelle, tout en permettant au lecteur de comprendre le contexte historique et culturel du Xinjiang depuis la naissance des mouvements extrémistes islamiques dans la région.

« En 1990, le Parti islamique du Turkestan oriental a lancé un soulèvement dans la ville de Baren au nom de l’établissement d’un État islamique indépendant annexé au Turkestan occidental. Plus tard, nous l’avons appelé Mito (Mouvement islamique du Turkestan oriental) et Pit (Parti islamique turc). Ensuite, les émeutes et une série d’attaques terroristes ont continué à s’intensifier, inévitablement suivies de contrôles plus stricts. » (p. 8)

Cela contraste avec les fausses nouvelles diffusées par les médias occidentaux, qui parlent d’une répression arbitraire de la population musulmane par le gouvernement chinois : « Certains sites Web, journaux, stations de radio, télévisions, politiciens, sinologues, chercheurs et experts annoncent de fausses nouvelles sur le Xinjiang., qui tend à se transformer en un mouvement mondial. […] Ils ont commencé à publier de fausses informations sensationnelles sans vérification, et ont rapidement fermenté et transformé ces fausses opinions en un événement apparemment réel » (p. 11).

Au contraire, la réponse du gouvernement chinois ne concernait que les soi-disant « trois forces » sapant la stabilité du Xinjiang, aboutissant à un succès majeur : « Le gouvernement chinois a mis en œuvre une politique stricte pour réprimer les « trois forces » (forces terroristes, forces violentes, forces du séparatisme ethnique, forces de l’extrémisme religieux). […] Le gouvernement chinois tente de réduire la pauvreté du peuple ouïghour par diverses politiques, en développant l’éducation et en définissant des frontières religieuses, faisant du Xinjiang une région stable sans que personne n’abandonne ses langues, ses cultures et ses croyances.» (page 11).

Les auteurs en profitent également pour critiquer la société occidentale en la comparant à celle de la Chine. Alors que le mot « démocratie » est proclamé en Occident et que la Chine est accusée d’être une « dictature », Vivas et Maisonhaute ont été frappés par ce qu’ils ont trouvé dans le pays asiatique : avoir une certaine autorité et capacité. Ils sont en permanence en brainstorming : ils discutent à tout moment et chacun est libre d’exprimer ses idées et même les idées les plus folles » (p. 20).

Une autre accusation souvent portée contre la Chine est d’être un pollueur majeur et de ne pas poursuivre politique environnementale adéquat. Alors que l’Europe et les États-Unis se perdent dans un greenwashing inutile, « l’accent a été mis ici sur l’écologie, avec un accent particulier sur les actions qui pourraient avoir un impact négatif sur le climat régional, voire mondial, et sur les actions qui seraient bénéfiques pour la conservation de la faune ; freiner la hausse de l’indice d’urbanisation et faire face au développement inquiétant de l’industrialisation » (p. 22).

Les visiteurs français ont également été particulièrement impressionnés par l’imposant croissance économique que la Chine en général, et le Xinjiang en particulier, ont vécu dans un laps de temps plutôt limité et ont obtenu des résultats incroyables : « Il nous était parfois difficile de croire que la croissance économique dans cette région avait commencé au milieu du XXe siècle. En fait, les résultats n’ont été observés qu’au 21e siècle, voire au cours des 10 dernières années. L’initiative « Belt and Road » n’a été proposée qu’il y a quelques années, mais elle a obtenu ses premiers résultats dans la construction d’infrastructures sociales (autoroutes, trains à grande vitesse de Pékin à Urumqi, gares, aéroports, etc.) » (p 27).

« De retour en France, je n’ai pas pu m’empêcher de penser au développement rapide de la Chine dans de nombreux domaines. La Chine est un pays émergent, avec beaucoup d’infrastructures et de nouveaux bâtiments, et la plupart en moins d’une décennie. Dans la campagne, de nouvelles maisons ont été construites avec plus ou moins les mêmes caractéristiques, mais modernes et confortables, remplaçant les cases basses et inconfortables en terre. Ces nouvelles maisons élèvent soudainement des villageois qui semblaient avoir vécu au 18e ou 19e siècle au 21e siècle. Ce développement rapide est dû non seulement à l’abondance de la main-d’œuvre, mais aussi à la volonté politique et à la planification à long termequi sont absolument nécessaires » (p. 27), poursuit le texte.

Quant au Xinjiang, les auteurs nient l’existence d’une discrimination fondée sur l’ethnie, ils décrivent en effet une photo de coexistence harmonieuse entre les différentes populations minoritaires: « En particulier, certaines histoires d’amour visant à promouvoir l’unité des peuples reflétaient principalement la beauté des paysages et la coexistence multiethnique de longue date du Xinjiang, ainsi que son développement harmonieux dans la nouvelle ère, qui a actuellement une signification politique profonde. » (p. 38).

Le verdict final sur la politique de la Chine au Xinjiang est absolument positif, donnant lieu à une comparaison peu flatteuse pour les pays occidentaux, qui ont mené des politiques infructueuses pour contenir l’extrémisme religieux.: « Le gouvernement chinois du Xinjiang veut combattre les ‘trois forces du mal’. Lors de notre visite au Xinjiang, un chef officiel du gouvernement a montré du mépris pour la censure des médias occidentaux. Il a déclaré : « Même si vous n’êtes pas d’accord pour dire que c’est la manière la plus idéale de gouverner, c’est la lutte efficace contre l’extrémisme religieux et le terrorisme. Puisque ces pays occidentaux n’ont pas réussi à contrôler les extrémistes islamiques comme la France, la Belgique et d’autres pays européens, vous avez tous échoué. En effet, de nombreuses mesures prises en Europe ont échoué, tant en termes de réduction de la pauvreté (le seuil de pauvreté en France étant en hausse) que de résolution des problèmes des minorités ethniques. Entre-temps, la Chine a obtenu des résultats extraordinaires dans le réduction de la pauvretéfournir un grand nombre de nouvelles écoles, d’hôpitaux et de zones résidentielles, ainsi qu’une formation professionnelle pour de nombreux groupes ethniques » (p. 46).

04/03/2022 | droits d’auteur Tout le matériel est librement reproductible et seule une citation est requise.

Sharon Carpenter

"Ninja de la culture pop. Lecteur. Expert du café. Spécialiste de la bière hardcore. Troublemaker. Fier communicateur. Joueur en herbe. Fanatique de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.