Les gilets jaunes sont un mouvement historique qui a échoué – Europe

L’apparition dans les rues des « gilets jaunes » n’a pas entraîné de changements majeurs dans la vie politique ou sociale en France, s’accordent militants et analystes, mais il y a eu des changements, des changements dans la vie de certains, notamment celle du descendant portugais Jérôme Rodrigues. .

« Je suis une personnalité publique. Et cela a beaucoup changé », a déclaré Jérôme Rodrigues à Lusa.

Il y a près d’un an, Jérôme Rodrigues a perdu un œil lors d’une manifestation de « gilets jaunes » après avoir été touché par une balle en caoutchouc et est depuis devenu l’une des figures incontournables du mouvement.

Le changement observé a eu des conséquences à la fois positives et négatives.

« Il y a eu un impact très négatif, j’ai le gouvernement sur le dos, je suis harcelé sur internet et j’ai même été envoyé au Portugal sur les réseaux sociaux, je n’ai même pas la nationalité portugaise ! Le positif parle beaucoup des gens, en apprenant beaucoup », a souligné ce « gilet jaune » qui sillonne la France entière pour parler de ses idées, est une figure industrieuse de la télévision et compte près de 50 000 followers sur les réseaux sociaux.

Pourtant, il est l’un des premiers à admettre que les changements nécessaires comme un plus grand pouvoir d’achat pour la classe moyenne, une baisse drastique des impôts ou encore le départ du président Emmanuel Macron du pouvoir n’ont pas été atteints.

« Les changements ne [houve]parce que nous n’avons presque rien gagné. Mais la manière d’argumenter est différente. Cela a montré un contre-pouvoir qui n’était plus exercé par les syndicats ou l’opposition politique », a-t-il déclaré.

Cette perspective est partagée par Luc Rouban, directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique et à Sciences Po Paris, spécialisé dans la transformation de l’État et des élites.

« Les ‘gilets jaunes’ ont échoué. Ils ont réussi à obtenir des revers du gouvernement sur certaines questions fiscales, mais tout ce qui concernait les changements de système politique et le départ d’Emmanuel Macron n’a eu aucun effet », a déclaré le chercheur et précisé que beaucoup des revendications étaient « utopiques » et que les Français, malgré tout, aiment la Ve République.

Pour ce chercheur, les mesures gouvernementales en réponse au mouvement, comme le Grand Débat, qui a suscité des débats entre élus et citoyens à travers la France, la baisse de certains impôts ou encore la hausse du Smic, n’étaient qu’un détail, décidé par un Président qui est « accablé »

« Il [Emmanuel Macron] est maintenant en position défensive et acculé. Il est obligé de poursuivre ses réformes, car sinon il n’a rien à présenter, et en les poursuivant, il est aussi obligé de les compenser par des mesures précises pour assurer l’équilibre social », a déclaré l’universitaire.

Même avec ses faiblesses, pour Priscillia Ludosky, la « gilet jaune » qui a lancé le mouvement en lançant la pétition publique contre les augmentations de carburant, quelque chose d’historique a été vécu.

« Cela a permis à des personnes complètement différentes de s’engager dans un objectif commun et d’apprendre à travailler ensemble. Et aujourd’hui, ils essaient de changer les choses ensemble. […] C’est un mouvement historique qui restera dans l’histoire quoi qu’ils disent », a déclaré Priscillia Ludosky à Lusa.

Luc Rouban convient qu’il est historique, mais le qualifie aussi d’original.

« C’est certes un mouvement historique. Mais c’est un mouvement original qui se distingue des mouvements sociaux qui se structurent habituellement par catégorie professionnelle ou autour d’un problème précis. Et ce n’est pas politique non plus, car ils refusent toute affiliation à des partis ou à des syndicats », il a souligné.

Selon Luc Rouban, le grand héritage du mouvement est qu’il a conduit à mobiliser différents secteurs de la société.

« Maintenant, nous assistons à une nouvelle phase où les gens se rendent compte qu’essayer de changer le système politique en se démarquant ne change pas grand-chose car les ‘gilets jaunes’ ont rapidement disparu de la carte, mais il y a une nouvelle vague de classiques des mouvements sociaux parmi les étudiants, les hôpitaux ou la police », explique le politologue.

Avec des problèmes d’organisation interne, les « gilets jaunes » veulent désormais former un lobby citoyen pour continuer à se battre pour une participation plus directe à la démocratie, sans quitter la rue.

Samedi et dimanche prochains, ils menacent de revenir en force sur Paris, mais aussi sur les routes et ronds-points de toute la France.

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.