L’OMS a confirmé une variante du coronavirus qui combine Omicron et Delta

L’Institut Pasteur en France a trouvé la première preuve solide de l’existence de « Deltacron ». Cependant, « aucun changement d’épidémiologie ou de gravité » n’a été détecté.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé mercredi une variante du coronavirus qui combine Omicron et Delta, bien qu’elle n’ait pas noté qu’elle est plus grave que ces deux genres individuellement.

« Nous sommes conscients de cette recombinaison ; il s’agit d’une combinaison de Delta AY.4 et µmicron BA.1 », a déclaré le Dr. Maria Van Kerkhove, épidémiologiste en chef de l’OMS, lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui depuis la ville suisse de Genève.

Le spécialiste a indiqué que la variante a été détectée « en France, aux Pays-Bas et au Danemark, mais à des niveaux très bas », rapporte la DPA néerlandaise.

Van Kerkhove a reconnu que « cette recombinaison était à prévoir », mais a précisé qu’à ce jour « aucun changement d’épidémiologie ou de gravité » n’avait été détecté et que « de nombreuses études sont en cours ».

Une étude publiée cette semaine par l’Institut Pasteur français a trouvé la première preuve solide de l’existence de cette variante recombinante, identifiée dans plusieurs régions de France et en circulation depuis début janvier 2022.

Jusqu’à présent, l’OMS avait déclaré que « Deltacron », le terme familier par lequel cette variante de certaines industries était désignée, était le résultat d’une contamination lors du processus de séquençage.

Début janvier, les autorités sanitaires de Chypre, une nation insulaire européenne de la Méditerranée, ont signalé la détection de jusqu’à 25 cas d’infection avec une version combinée des variantes Delta et Omicron du coronavirus SARS-CoV-2, baptisée Deltacron.

Le professeur de biologie à l’Université de Chypre et directeur du laboratoire de biotechnologie et de virologie moléculaire, Leondios Kostrikis, a déclaré à l’occasion que la nouvelle variante avait la signature génétique d’Omicron et les génomes de Delta, selon le bureau Europa Press.

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.