Nous devons apprendre à vivre avec les crises énergétiques

Pendant la pandémie, à la suite des mesures restrictives mises en place, les besoins énergétiques de la planète ont été considérablement réduits, entraînant une chute massive des prix du pétrole et du gaz. Mais un retour à la normale et un redémarrage de l’économie s’accompagnent d’une hausse frénétique des prix, qui provoque un énorme choc pour les consommateurs et les entreprises. Les augmentations, a déclaré Olivier Aper, membre de l’Académie française des ingénieurs et directeur du groupe de réflexion sur l’énergie IFP Energies nouvelles, dans un entretien avec Phileleftheros, sont dues à une combinaison de facteurs principalement liés à l’offre et à la demande, ainsi qu’à divers les facteurs politiques et les jeux économiques joués par les principaux acteurs.

Ce sur quoi nous devons nous concentrer, a expliqué l’expert français, c’est que le paysage énergétique est complexe et que nos stratégies ne doivent pas être à court terme, mais évoluer dans le temps. Nous sommes confrontés à des défis majeurs et l’un des plus importants est de pouvoir combiner le développement durable avec une économie énergétique plus verte et plus propre. Le débat s’intensifiera à mesure que l’Union européenne s’orientera vers une politique zéro émission. Un parcours qui n’est pas facile du tout, comme en témoigne la crise énergétique actuelle que nous traversons. Bruxelles doit agir avec audace et voir quelles sont ses options, sans sortir le gaz et le nucléaire de l’équation, estime Olivier Aper.

Les gisements de la Méditerranée orientale, a-t-il expliqué, sont importants et pourraient jouer un rôle important. Cependant, les tensions géopolitiques des pays de la région sont un inconvénient majeur pour leur exploitation, les entreprises étrangères semblant réticentes à faire de tels investissements en raison des risques qui peuvent en découler. C’est précisément pourquoi l’avenir du gazoduc EastMed est incertain. Selon Olivier Aper, la décision de mettre en place le pipeline était purement géopolitique. Le défi, a-t-il dit, est grand pour les États de la région, et à mesure que les tensions s’intensifient, la perspective de mettre en œuvre le projet augmente également.

Quelles sont les raisons des poussées massives d’énergie que nous avons observées ces derniers mois ? Pourquoi les prix du pétrole, du gaz et de l’électricité ont-ils augmenté ?

Eh bien, la hausse des prix, ainsi que des matières premières, a surpris toutes les parties concernées. Cela a commencé à l’été 2021 et les augmentations se sont poursuivies depuis. En octobre 2021, par exemple, le prix de l’électricité en Allemagne s’est multiplié par rapport à un an plus tôt. Ceci sans augmentation correspondante du prix du pétrole. De nombreuses raisons expliquent ce phénomène. L’un est la reprise rapide de l’économie, qui a plongé dans la récession pendant la pandémie, couplée aux divers problèmes de chaîne d’approvisionnement qui se sont posés. Une autre raison est liée à la météo. L’hiver dernier, il a fait assez froid, alors que dans le même temps on produisait moins d’énergie éolienne en Europe, tandis que les pays de l’hémisphère sud souffraient de vagues de chaleur. Ceci, à son tour, a exercé une pression sur les approvisionnements. Dans le même temps, la production d’énergie des centrales nucléaires a été réduite. Les tensions de l’Union européenne avec la Russie et Gazprom doivent également être prises en compte, ce qui empêchera des approvisionnements supplémentaires en gaz naturel. Mais l’Opep a également saisi l’opportunité de renforcer sa position. Et là, il faut ajouter les problèmes de production de pétrole qui ont été enregistrés dans des pays comme le Nigeria. Le ralentissement des investissements dans le secteur du pétrole et du gaz à la suite de l’effondrement des prix en 2014 et 2020 a également joué un rôle important. Dans le même temps, nous devons tenir compte du fait que la demande a également augmenté, alors qu’en Europe une croissance décisive élevé Les prix des quotas de CO2 (ETS) jouent également un rôle.

Combien de temps durera la crise énergétique ? Les prix élevés du pétrole, du gaz et de l’électricité vont-ils persister encore longtemps ?

La dynamique est différente pour ces secteurs. Quant au pétrole, la situation dépend en grande partie de l’OPEP et de sa capacité à répondre à une demande accrue avec une production accrue. Dans certains pays, la production a chuté pour des raisons politiques. Pour le gaz et l’électricité, je pense que les augmentations dureront plusieurs mois, très probablement après le mois de mai de l’année prochaine. L’approvisionnement en gaz en Europe est actuellement relativement faible et, combiné à un hiver froid, les prix devraient rester élevés. Et cela aura un impact direct sur les prix de l’électricité. Le potentiel éolien en Europe du Nord jouera un rôle clé et contribuera à la production d’électricité à partir de l’énergie éolienne. Il existe généralement plusieurs incertitudes qui influent sur la hausse ou non des prix.

Voyez-vous un lien entre la crise énergétique et les efforts pour une politique énergétique plus propre et plus verte ?

Je ne vois aucun lien direct entre les investissements dans les énergies vertes et la crise que nous traversons actuellement. Si nous voulons éviter de telles crises à l’avenir, nous devons, d’une part, assurer des réserves de gaz suffisantes et, d’autre part, disposer d’unités de production suffisamment réparties. La réduction des réductions de production menace la sécurité d’approvisionnement en électricité, ce qui aura également de graves conséquences sur les prix.

Selon vous, quels sont les plus grands défis pour le secteur mondial de l’énergie dans les années à venir ?

Je dirais que le premier défi concerne la flexibilité du réseau électrique. Si vous vous souvenez, en janvier dernier, l’Europe a failli connaître une forte panne d’électricité car l’offre était trop élevée et de nombreux pays n’ont pas pu répondre. Comme je l’ai mentionné plus haut, la part des unités de production décentralisée sera réduite, principalement des centrales nucléaires dans plusieurs pays européens, ce qui aura un impact majeur sur la flexibilité de la sûreté, l’approvisionnement et la sécurité de l’électricité. Beaucoup soutiennent que nous devrions investir davantage dans les énergies renouvelables (SER). Mais il est clair qu’un énorme problème se pose pendant les mois d’hiver lorsque la production d’énergie solaire et éolienne est considérablement réduite. La seconde est la menace d’un nouveau choc énergétique dans les années à venir. La réduction significative des investissements dans le gaz et le pétrole est une tendance soutenue par l’Organisation mondiale de l’énergie, ainsi que par de nombreuses entreprises. Mais si on n’investit pas dans le secteur, on va avoir des problèmes, peut-être une baisse de production à un moment où la demande mondiale est en croissance. La façon dont nous équilibrons l’offre et la demande sera cruciale, d’autant plus que nous dépendons de l’OPEP et de la Russie. Par conséquent, nous pouvons prédire qu’il y aura d’autres chocs énergétiques à l’avenir.

Quelles sont les perspectives énergétiques de la Méditerranée orientale ? Pourquoi la France s’intéresse-t-elle à la région ?

Je répondrai à la question en tant qu’ancien ingénieur minier. Le bassin de la Méditerranée orientale présente plusieurs similitudes avec celui de la mer du Nord en termes de gisements. Mais il y a une grande différence et c’est que, comme tous les pays de la région essaient d’utiliser et d’exploiter les ressources naturelles existantes, des conflits géopolitiques majeurs sont enregistrés en même temps. Chypre, la Grèce, la Turquie, Israël, l’Égypte, la Palestine, le Liban ont des différences qui rendent difficile l’exploitation des richesses naturelles de la région. La France, comme d’autres pays intéressés par leur implication, est préoccupée par ces tensions.

Est-il donc difficile d’attirer des investissements ?

La Méditerranée orientale est attractive en termes d’approvisionnement. D’autre part, les conditions géopolitiques sont un défi majeur, d’autant plus que la Turquie dit non à l’exploitation dans le bassin alors qu’elle n’a rien à dire.

Dans le même temps, nous avons la question du pipeline EastMed, dont la mise en œuvre est désormais discutable. La mise en œuvre du projet est-elle faisable et surtout quelle est sa viabilité ?

Je dirais non. La décision de mettre en œuvre le pipeline était purement géopolitique. Il n’a pas été difficile de construire un tel pipeline en mer du Nord, car les États de la région n’étaient pas en guerre les uns avec les autres. Mais c’est aussi un défi difficile pour la Méditerranée, pour des raisons politiques et géopolitiques. C’est un projet discutable.

L’Union européenne est fortement dépendante du gaz russe. Existe-t-il des alternatives pour mettre fin à cette dépendance ? Et surtout, le gaz de la Méditerranée orientale pourrait-il en faire partie ?

Bien sûr, il existe des perspectives alternatives pour l’UE, la Norvège, l’Algérie pourraient fournir de plus grandes quantités. Mais je pense que la meilleure alternative est le GNL du Moyen-Orient, du Nigeria et des États-Unis. Le gaz de la Méditerranée orientale peut être une bonne solution, mais elle doit être développée et, comme je l’ai dit, les enjeux géopolitiques sont nombreux autour de cette question.

Alors, comment pouvons-nous être sûrs d’avoir une efficacité énergétique tout en protégeant la planète ?

c’est une grande question. Il faut avant tout être pragmatique et avoir une politique à long terme dans ce domaine. Afin de mettre en œuvre cette stratégie, nous devons tenir compte d’un certain nombre de facteurs clés, à savoir l’économie, la société et l’environnement. Dans nos efforts pour construire notre stratégie énergétique, nous devons voir comment ces facteurs fonctionnent sans être mis de côté. Par exemple, dans certains pays, nous constatons que les réactions à l’énergie éolienne augmentent. C’est quelque chose que nous devons faire preuve de pragmatisme. Deuxièmement, un système de tarification acceptable pour toutes les parties concernées doit être établi. Troisièmement, nous devons nous concentrer davantage sur l’efficacité énergétique. Pour devenir efficace énergétiquement sur le long terme, il faut donc suivre la même stratégie et s’assurer de pouvoir faire face aux crises énergétiques qui se produiront dans le futur.

Il faut donc apprendre à vivre avec les crises.

Peut-être, oui. Il s’agit de rendre nos économies résilientes et résistantes aux crises énergétiques. Bien sûr, nous devons prendre toutes les mesures pour empêcher cela. Mais parce que nous ne pouvons pas le contourner, il est bon d’apprendre à le gérer.

Godard Fabien

"Twitter Practitioner. Alcohol Nerd. Music Enthusiast. Travel Expert. Troublemaker. Certified Creator."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.