Ukraine : « Tout le monde à Odessa se prépare au pire »

La coordinatrice des urgences de Médecins sans frontières, Carla Melki, vient de rentrer d’Odessa, dans le sud de l’Ukraine. Il faisait partie de l’équipe MSF qui évalue la situation pour aider à planifier les actions de l’organisation dans le pays. Depuis la Moldavie, pays voisin vers lequel fuient les réfugiés, elle explique les craintes et les priorités de Médecins Sans Frontières.

« Une partie de la population a quitté la ville pour la frontière moldave. Ceux qui restent ne bougent pas beaucoup. Néanmoins, le déplacement est compliqué par les embouteillages autour des nombreux postes de contrôle de la ville. Il y a un couvre-feu la nuit et des sirènes retentissent. plusieurs fois par semaine.jour.Pendant que nous y étions, nous avons entendu de nombreuses explosions en arrière-plan, mais nous ne savions pas où.

Zelensky pour un compromis en Crimée et dans le Donbass – « Nous sommes prêts au dialogue, pas à nous rendre »

La plupart des magasins sont fermés, la vente d’alcool est interdite, le carburant est distribué avec des bons et les retraits en espèces sont limités.

La ville se prépare à une attaque et un siège. Avec près d’un million d’habitants, Odessa est la troisième plus grande ville d’Ukraine. C’est aussi la base de l’un des ports les plus stratégiques du pays. Personne ne se fait donc d’illusions sur ce qui va se passer ensuite. Tout le monde se prépare au pire.

Nous avons visité les hôpitaux désignés pour recevoir les blessés. Ce sont de grands hôpitaux bien équipés, bien équipés, mais ils ne sont pas habitués à faire face à des flux massifs de blessés de guerre ou d’éclats d’obus. C’est comme si les hôpitaux en France, par exemple, en état de guerre, se préparaient à pratiquer la médecine… C’est très difficile d’aborder cet aspect de la médecine en théorie, il faut avoir une expérience pratique.

Cependant, la grande majorité du personnel médical est toujours là et n’a pas l’intention de partir. Tout le monde travaille dur et est déterminé à y faire face quoi qu’il arrive.

Manque de médicaments

Le système de santé a déjà été perturbé par la guerre et les effets se font déjà sentir dans les chaînes d’approvisionnement. Par exemple, la livraison de repas chauds aux patients hospitalisés a été arrêtée. Les combats ont empêché les livraisons depuis la ville de Mykolaïv, où les repas étaient normalement préparés. C’est pourquoi nous nous demandons si nous allons soutenir les hôpitaux en fournissant des plats cuisinés aux patients.

Certains médicaments s’épuisent également et il n’est pas possible de les commander via les réseaux habituels, car le réseau central ne peut plus approvisionner tout le pays. Chaque région ou grande ville est à la recherche d’alternatives. Nous y aidons · Un premier don de médicaments et de matériel médical est arrivé le dimanche 6 mars à Odessa, en Roumanie, et nous espérons qu’une partie parviendra aux hôpitaux de Mykolaïv. Mais il est clair que le manque de médicaments et d’équipements à travers le pays est déjà un énorme problème et la situation va empirer.

Outre les effets immédiats de la guerre, les effets sur les patients souffrant de maladies chroniques, telles que le cancer ou le diabète, risquent d’être dévastateurs.

La situation à la frontière avec la Moldavie

Selon les autorités moldaves, environ 120 000 réfugiés ukrainiens sont déjà arrivés dans le pays. Pour les résidents de la région d’Odessa, le passage frontalier le plus proche est Palanca, à environ deux heures de route de la ville. Mais en raison des circonstances, il faut parfois plus de 24 heures pour traverser la frontière. Au poste frontière, les autorités moldaves séparent leurs ressortissants des autres nationalités, mais ils sont tous autorisés à traverser.

Les plus riches ont voyagé en voiture, tandis que beaucoup d’autres se sont échappés en bus et en train. La grande majorité sont des femmes et des enfants. Des kilomètres de files d’attente se sont formées à la frontière. De nombreuses personnes choisissent de parcourir les derniers kilomètres à pied. C’est très froid. En plus de la fatigue et du stress, certaines personnes souffrent des conséquences de maladies chroniques non traitées.

Une fois arrivées à la frontière, les personnes doivent souvent être prises en charge immédiatement. Nous prévoyons de mettre en place un poste de santé en collaboration avec le ministère moldave de la Santé, afin de pouvoir prodiguer les premiers soins dans un environnement sûr et chaleureux. Du côté moldave de la frontière, les autorités ont mis en place des centres d’accueil car il faut souvent plusieurs heures aux réfugiés pour trouver un moyen de transport vers et depuis la capitale Chișinău. Là aussi, nous souhaitons mettre en place un centre d’accueil pour sans-abri afin d’apporter un soutien psychologique et social, notamment aux plus vulnérables.

Les priorités pour Odessa

À Odessa, nous nous concentrons sur deux priorités. Premièrement, nous aiderons à préparer les hôpitaux à soigner les blessés. Nous pensons pouvoir fournir une éducation, un soutien au dépistage et à la stabilisation des patients. Nous envisageons également de contribuer à la création de structures médicales avancées – de petites salles d’urgence capables de prodiguer les premiers soins aux blessés avant leur transport vers les hôpitaux.

Deuxièmement, nous prévoyons de fournir des médicaments pour éviter les pénuries. Après le premier don de médicaments, d’autres dons suivront dans les prochains jours. Ceci est principalement dû à une collaboration avec Zidebine, une ONG roumaine qui nous aide à acheter et livrer des médicaments en Ukraine.

Dans les deux cas, nous ne savons pas combien de temps il reste avant l’attaque de la ville. Nous essayons de mettre les choses en place autant que possible, autant que possible. C’est une bataille contre le temps.

Ukraine : Nuit de la honte pour les Russes à Soumy – Enfants et civils bombardés

Suivre dans le Actualités de Google et soyez le premier informé de toutes les nouveautés

Philbert Favager

"Analyste. Pionnier du Web. Accro à la bière. Adepte des réseaux sociaux. Communicateur. Passionné de voyages au charme subtil."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.