Guerre de l’UE et précision énergétique : aide d’urgence oui, euro-obligation non – Financial Post

Il est bien connu que les situations d’urgence nécessitent des décisions et des solutions d’urgence. Beaucoup en Europe pensent donc que le déclenchement de la guerre en Ukraine et ses conséquences désastreuses, déjà visibles et qui vont certainement s’aggraver, imposent des mesures similaires à celles prises pour faire face à la pandémie.

L’une des mesures proposées est l’émission d’un nouvel Eurobond, c’est-à-dire une dette commune des « 27 » avec la garantie de l’UE, pour financer des actions dans deux domaines : d’une part, l’allègement de la pression sur les entreprises et les ménages ou la précision énergétique et , d’autre part, l’amélioration des capacités militaires de l’Europe.

Qui soutient l’Eurobond ?

La proposition, comme indiqué dans le rapport pertinent de l’OT basé sur un article de Bloomberg et des sources à Bruxelles, devrait être discutée demain et après-demain, dans le cadre du sommet extraordinaire et informel qui se tiendra à Versailles. En fait, les informations montrent que la Présidence française soutient fortement ce scénario, avec plusieurs pays de son côté, comme l’Italie, l’Espagne, la Grèce et d’autres.

« La guerre aura un impact sur le prix de l’énergie, auquel nous devons remédier avec de nouvelles mesures pour soutenir les entreprises et les ménages. Il est utile que l’UE facilite cela, pour éviter un impact majeur sur la reprise », a-t-il déclaré. Le Premier ministre Mario Draghi la semaine dernière.

Pourtant, tout indique qu’il n’y a pas actuellement d’unanimité sur cette question, certains États membres ayant déjà fait part de leurs objections, voire de leurs démentis catégoriques. Parmi eux, l’Allemagne et les Pays-Bas, qui estiment qu’il est encore trop tôt pour prendre de telles mesures – d’autant qu’il existe des prêts pour financer le Fonds de relance.

K. Lindner : Ce n’est pas à notre ordre du jour

« Nous soutenons l’Ukraine. Il y a aussi un effort européen concerté en cours pour continuer à soutenir l’Ukraine. Mais cela est distinct du débat sur les instruments financiers. « Les prêts de l’Europe via l’émission d’obligations communes ne sont actuellement pas à l’ordre du jour », a déclaré l’Allemand. Secrétaire au Trésor, Christian Lindner.

La vice-première ministre et ministre des Finances des Pays-Bas, Sigrid Kaag, est pour sa part allée dans le même sens, quoique de façon moins catégorique. Il a déclaré lors d’un événement à Maastricht mardi: « Cela peut nous mettre mal à l’aise de parler d’argent, de prospérité et d’un bon niveau de vie au milieu de cette crise politique et militaire. « Mais nous devons parler de notre stabilité financière. »

suis-le
ot.grdans le Actualités de Google
et soyez le premier informé de toutes les nouveautés
Découvrez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde sur ot.gr

Victorine Pelletier

"Ninja des médias sociaux. Organisateur de longue date. Joueur incurable. Passionné de nourriture. Accro au café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.